POUR QUI ? POUR QUOI ?

Les côtes et les estuaires
Tourisme balnéaire : plages
de la Petite Côte et de la Casamance
(plongée, golf, thalassothérapie)
Bras de mer et mangrove du delta du Saloum (kayak, balades à marée basse, écotourisme)
Pêche au gros, pêche sportive

Les paysages
Casamance, lac Rose, désert de Lompoul,
fleuve Sénégal, pays bassarI, forêt de baobabs

La faune
Parcs nationaux du Djoudj
et de la langue de Barbarie (oiseaux migrateurs)
Parc de Niokolo-Koba (lions, éléphants, antilopes, girafes), réserve de Bandia

L’histoire, les villes
Île de Gorée
Saint-Louis, Dakar, Touba

Plus d’infos?
www.au-senegal.com

À QUEL MOMENT ?

La longue saison sèche et favorable, entre novembre et juin, est plus ou moins marquée selon les latitudes. Elle est également favorable pour l’observation des oiseaux, la plupart des parcs étant ouverts à cette période.
La partie nord du pays, sahélienne, reste très chaude toute l’année. Les pluies (juillet-octobre) sont modérées au centre et sur la côte mais parfois gênantes dans le sud malgré la brièveté des averses. Mai-novembre, en revanche, est la bonne saison pour la photo et la pêche sportive.
Températures moyennes jour/nuit (en °C) à Dakar : janvier 26/18, avril 25/19, juillet 27/25, octobre 31/25. Moyenne de la température de l’eau de mer : 24°.

Pour les fêtes
Dates variables : Tabaski (fête du Mouton). 
- Mai : festival de jazz de Saint-Louis. 
- Octobre : régates de Saint-Louis. - Dates variables : Aïd el-Fitr (fin du ramadan).

QUEL VOYAGE ?

Voyager par soi-même au Sénégal ne présente pas de difficultés et permet des situations intéressantes, par exemple en se déplaçant en taxi-brousse («sept places»).

Chez les voyagistes, le séjour balnéaire d’une semaine en « all inclusive » sur la Petite Côte – principalement à Saly – et à Cap Skirring est répandu. Excursions possibles vers Gorée, le lac Rose, le Sine Saloum. Ces séjours, plutôt abordables – les premiers prix peuvent être envisagés aux alentours de 1 100 EUR tout compris –, sont proposés toute l’année dans la
plupart des cas.

La découverte des villages et des populations est possible via des randonnées à travers la brousse, complétées par la pêche en lagune, la visite du parc du Djoudj, les balades en pirogue en Basse Casamance et sur le Sine Saloum. Le coût moyen de ces voyages se situe autour de 1 300 EUR la semaine.

Le séjour face à un méandre du bolong Bamboung, dans le Siné Saloum, permet de financer l’entretien de l’aire marine protégée qui inclut le joli site de Keur Bamboung.

La remise à flot du bateau Bou el Mogdad a lancé la vogue de la croisière sur le fleuve Sénégal à partir de Saint-Louis, via les anciens comptoirs.

Pause déjeuner pour les pélicans du parc du Djoudj
(photo Robert Pailhès)