LES RAISONS D’Y ALLER

Les paysages
Montagnes (volcan Chiriquí, serranía del Darién)
Forêts du parc national de Chagres
El Valle de Antón, parc national de Coiba,
province de Bocas del Toro (quetzals)
Canal de Panamá

Les côtes
Côtes du Pacifique (archipel de las Perlas, péninsule d’Azuero) et de la mer des Caraïbes (archipel de San Blas,
archipel des Bocas del Toro)
Croisières

Les monuments et les vestiges
Panamá (Casco Viejo), Portobelo, Chiriquí

CHOISIR LE BON MOMENT

La période janvier-avril (saison sèche) évite peu ou prou les précipitations. En mai-juin et septembre-novembre, les pluies et la lourdeur de l’atmosphère sont à leur maximum. Seule la « Petite Suisse » bénéficie d’une bouffée d’air frais.
Températures moyennes jour/nuit (en °C) à Panamá City (côte sud) : janvier 33/19, avril 35/20, juillet 34/21, octobre 33/21. Moyenne de la température de l’eau de mer : 27°.

SI L’ON OPTE POUR UN VOYAGISTE

Rappel : nous nous sommes limités à un résumé des prestations en vigueur dans les agences et chez les voyagistes présents en France. Les lecteurs des autres pays peuvent en tirer des idées d’itinéraire et les compléter auprès de leurs agences de voyages.

Les autotours
Les autotours (vol A/R+ location de voiture avec ou sans chauffeur + hébergement) se développent chez la plupart des voyagistes cités ci-dessous.

Les séjours balnéaires
Les côtes panaméennes s’ajoutent désormais au panel caraïbe du genre. Compter aux alentours de 1 400 EUR pour une semaine. Voir, entre autres, Neckermann et TUI.

Les circuits accompagnés
– Le Panamá fait figure de petit nouveau chez les voyagistes, qui concoctent souvent des circuits d’une douzaine de jours. L’archipel de San Blas en est le vecteur commun, complété par des excursions sur les sites coloniaux et des balades en montagne. Quelques voyagistes : Altiplano, Empreinte, Jetset Voyages, La Maison des voyages, Les Ateliers du voyage. Sur place : l’agence CAST (www.castcr.com) allie écologie et rencontre des populations locales.
– La péninsule du Darien, longtemps jugée dangereuse, s’ouvre de plus en plus, via des voyagistes locaux tels que Terra Caribea (www.panama-voyage.com). La rencontre des Indiens Waunans en est la base.
– Chez les randonneurs, le Costa Rica voisin s’impose dans les programmes en combiné avec le Panamá (Hüwans/Club Aventure, Nomade Aventure, Terres d’aventure).
– Entre décembre et mars, la plupart des croisières partent des États-Unis (Californie ou Floride), passent par le canal de Panamá et longent le Yucatán sur le chemin du retour.
– Le coût d’un séjour accompagné est élevé : tabler sur un minimum de 3 500 EUR pour 15 jours.