POUR QUI ? POUR QUOI ?

L’ITALIE CONTINENTALE

Les villes et les vestiges

Du nord au sud : Milan, Vicence, Vérone, Trieste, Venise, Padoue, Turin, Bologne, Gênes, Ravenne, Pise, Florence, Sienne, Pérouse, Assise, Rome, Naples, Matera, Lecce

Vestiges de Pompéi, Herculanum, Ostie, Paestum, Val Camonica, et du Latium

Les côtes

Côte ouest : Riviera italienne, Cinque Terre, archipel Toscan, côte Amalfitaine, golfe de Naples (Capri, Ischia), Basilicate

Côte est : Riviera Adriatica, Pouilles, îles Tremiti

Les paysages

Alpes (Cervin, Dolomites), val d’Aoste, Abruzzes
Lacs (lac de Côme, lac Majeur, lac de Garde), Toscane, Ombrie
Basilicate, Calabre, Pouilles (vallée d’itria)

LES ÎLES

Les Éoliennes

Volcans (Stromboli, Vulcano)
Atmosphère de Filicudi, Panarea, Salina

La Sardaigne

Plages du nord (archipel de la Maddalena,
Costa Smeralda), de l’ouest et du sud
Maquis, grandes plaines,
Tours de défense (nuraghes)

La Sicile

Plages (Taormina, San Vito do Capo, archipel des Égades)
Ascension de l’Etna
Villes anciennes (Taormina, Syracuse, Agrigente, Palerme, Piazza Armerina)
Itinéraire du baroque sicilien (Noto, Scicli)

À QUEL MOMENT ?

Le climat est continental au nord avec des hivers froids et des étés chauds, méditerranéen au sud avec des hivers doux et des étés secs. Juin et septembre sont les mois les plus agréables, surtout dans le sud et en Sicile. Juillet et août peuvent être très chauds (et l’eau de mer atteindre 25°), alors que la période de Pâques est encore fraîche dans le nord.

Températures moyennes jour/nuit (en °C) à Cagliari (Sardaigne) : janvier 14/6; avril 18/9; juillet 30/19; octobre 23/14; Florence : janvier 10/4, avril 19/8, juillet 31/17, octobre 21/10; Naples : janvier 13/4, avril 18/8, juillet 29/18, octobre 22/12; Palerme (Sicile) : janvier 15/10; avril 18/13; juillet 28/23; octobre 23/18; Rome : janvier 13/4, avril 18/8, juillet 29/18, octobre 23/12; Venise : janvier 6/-1, avril 17/8, juillet 28/18, octobre 18/9.

Pour les réjouissances
Février : carnaval de Venise. – Juin : fête de la Saint-Jean à Florence. – Mi-juin à fin août : festival classique de Vérone. – Juillet : fête du Carmel à Naples, fête du Rédempteur à Venise. – Septembre : régates de Venise.

QUEL VOYAGE ?

Trois touristes sur quatre visitent l’Italie de leur propre initiative, aussi les formules accompagnées sont-elles minoritaires. Elles sont centrées sur deux pôles : les voyages en bus et les croisières, dont Venise et Gênes sont les principaux points de départ. La grande majorité des prestations sont proposées entre avril et septembre.

En voyage accompagné, une Italie classique est celle qui, lors d’une semaine en bus, combine la visite des grandes villes touristiques. Certains voyagistes sortent des sentiers battus, par exemple en faisant un détour par les sites vinicoles, sur le continent (Ombrie, Vénétie) mais aussi dans les îles (Sardaigne, Sicile).

Une foule de propositions d’une semaine attend les randonneurs entre avril et octobre, avec des thèmes divers : autour des Grands Lacs, en Toscane et dans les Abruzzes, dans les vignes des Cinque Terre, sur les Via Ferrata dans les Dolomites. Prix moyen de la semaine en randonnée : 900 EUR.

• ITALIE CONTINENTALE

Le choix de vacances sur les côtes est très répandu, généralement pour une semaine ou deux en hôtel ou en hôtel-club, avec un prix moyen de 700 EUR la semaine en ­pension complète. Sites les plus classiques : côte de l’Adriatique, côte Amalfitaine, côte de la Toscane, côte calabraise.

Florence, Rome et Venise sont les trois villes les plus recherchées. Ce trio star voit se multiplier les formules, qu’on ne saurait trop conseiller au printemps et en automne plutôt qu’en été. Les week-ends pour l’une ou l’autre ville (3 jours/2 nuits, 350 EUR en moyenne) sont légion. Naples n’est pas oubliée (vol + 2 nuits avec un budget moyen aux alentours de 450 EUR). Pour Milan, les week-ends shopping et mode trouvent preneurs.

Au printemps, les séjours week-end autour d’un des lacs des Alpes italiennes sont prisés.

Le bas de la botte gagne en audience : la Basilicate et les Pouilles voient se multiplier les propositions d’autotours et de circuits. Tabler sur 1 300 EUR la semaine tout compris.

Les propositions de randonnées, parfois insolites (île d’Elbe), sont courantes pour la côte Amalfitaine.

Les croisières d’une semaine en Méditerranée ­battent des records d’affluence. L’Italie en est un point de départ clé (Venise, Gênes, Savone, Civitavecchia), qu’il s’agisse de s’attarder aux abords du pays, de s’en tenir à des sites proches (Croatie, Slovénie) ou d’opter pour des escales plus lointaines (îles grecques, Malte, Monténégro, Turquie, Moyen-­Orient). Les prix peuvent varier du simple au triple selon la catégorie du navire, la situation de la cabine et la saison. Pour une semaine, prévoir environ 1 000 EUR.

• SARDAIGNE

Le tourisme balnéaire est prédominant au nord, sur la Costa Smeralda, ou tout au sud (tarifs plus bas). Des combinés mer-­montagne sont également proposés par la plupart des voyagistes, ainsi que des autotours.

L’île, à l’écart des grands itinéraires italiens, est idéale pour sortir des sentiers battus, entre autres en logeant dans une bergerie.

• SICILE

Forte prédominance du tourisme balnéaire, principalement sur la côte est (Letojanni, Taormina). Prix moyen de la semaine estivale en hôtel-club : 750 EUR.

La plupart des voyagistes qui se consacrent aux séjours balnéaires prévoient des circuits en bus, généralement pour une semaine vers l’Etna et les sites historiques. Toutefois, ce sont les inconditionnels de l’Etna qui sont à la fête, avec un large choix de propositions.

• ÉOLIENNES

L’endroit adéquat pour qui est à la fois marcheur et passionné de volcanisme. Aussi retrouve-t-on les spécialistes du genre, qui combinent parfois la croisière inter-îles avec l’ascension du Stromboli et du Vulcano. Prix moyen pour la semaine : 1 100 EUR.

Pris dans l’étau du tourisme de masse, les villages des Cinque Terre – ici Manarola – paient cher le prix de leur exceptionnelle beauté (photo Robert Pailhès)