POUR QUI ? POUR QUOI ?

L’habitat, les marchés, les traditions
Villages, maisons-citadelles des Sombas (« tatas »), cases sur pilotis de Ganvié
Marchés de Dantopka et le long du fleuve Ouémé
Vaudou et fêtes animistes (Awilé)

Les paysages, la faune
Plateau de l’Atakora
Parcs nationaux de la Pendjari et du W

Les villes
Ouidah, Abomey, Porto Novo

La côte
Plages (Grand Popo, route des Pêches)

A QUEL MOMENT ?

En général
Le climat est dit de type équatorial de transition à deux saisons des pluies : l’une de mai à juillet, l’autre de septembre à octobre. Globalement, la période décembre-avril, moment de la saison sèche, est la plus favorable.
– Températures moyennes jour/nuit (en °C) à Cotonou (côte) : janvier 31/24, avril 32/26, juillet 28/24, octobre 30/24. La moyenne de la température de l’eau de mer  avoisine 27°.

Pour les parcs animaliers du nord
Mars et avril (fin de la saison sèche).

Pour les réjouissances
– 10 janvier : Fête nationale des cultes vaudous. – Période de Noël : carnaval Kaleta (issu du Brésil).

QUEL VOYAGE ?

Le pays se prête bien à la découverte indépendante pour qui est rompu au voyage en Afrique de l’Ouest et aux qualités qu’il requiert, entre autres patience et endurance.

Quelques voyagistes proposent plusieurs circuits en randonnée avec un séjour dans les « tatas » en point d’orgue. Ils adjoignent parfois le Ghana et le Togo.
Ces circuits sont fondés sur une alternance de la découverte des populations et de l’agrément des paysages: traditions villageoises, habitat des Sombas, marchés, vaudou, balades en pirogue, détente sur les rivages océaniques. Tabler en moyenne sur 1 500 EUR pour 10 jours, 2 000 EUR pour 15 jours.

Le tourisme solidaire trace son sillon via des villages d’accueil. Il assure également de meilleurs gages d’authenticité pour explorer des thèmes tels que les traditions des Peuhls ou la fête du Vaudou.